samedi, décembre 04, 2010

Mots de terre

Par Jacques Rancourt
Mes autres poèmes

Cela fait des semaines

Cela fait des mois

Que je n’ai rien écrit

Que je n’ai rien exprimé

Ce vide qui me ronge

C’est le vide existentiel

De quelqu’un qui s’interroge

Sur le sens à donner à sa vie

Les mots ne peuvent pas remplacer

Cette quête de sens

La vie ne demande pas aux mots

De lui trouver un sens

Si la vie est ce qu’elle prétend

Si la vie ne s’en va pas vers la mort

Elle s’en va vers où

Vers quel quai

Ou vers quel naufrage

S’étourdir pour ne pas y penser

C’est ce qu’on fait

C’est ce que je vois autour de moi

Avez-vous pensé un instant

Que la vie vous mène où vous la menez

Amenez ce que vous voudrez dans votre vie

Si vous en avez envie

Une chose est inéluctable

La fin viendra

La fin de ce qui s’appelle la terrestre destinée

La terre où on se terre

La terre qui terre la vie

La vie qui quitte la terre

La fin de la vie ou vivre la fin

Ou découvrir la surprise

samedi, août 21, 2010

La maîtresse et son cochon

Par Jacques Rancourt
Mes autres poèmes

Il y a de ces rencontres surprenantes
Hier je marchais insouciant et décontracté
Je contemplais cette nature splendide
Et soudain elle m’apparut dans toute sa splendeur

Souriante et décontractée en bonne compagnie
La docile compagnie de son aimable cochon
La maîtresse la plus heureuse de cette planète
Devinez ce que je devais faire cuire sur mon grill

Plein de remords aurais-je la force de m’exécuter
Quel dieu de l’Olympe viendra à mon secours
Cette femme joyeuse avec son splendide cochon
Jamais je ne pourrai m’enlever cette vision réelle
Quand j’allumerai avec courage et détermination
Mon funeste grill haut lieu de tous les carnages.

dimanche, juillet 11, 2010

Divines contemplations

Par Jacques Rancourt
Mes autres poèmes


Assis dans ma barque attendant
Qu’une truite vienne mordre à l’hameçon
Je dirige mes yeux émerveillés loin vers le rivage
Je regarde ce busard attaquer sa proie
J’entends le cri du huard qui signifie sa présence

Je suis loin de toutes ces agitations factices
De notre pseudo civilisation où le bruit est roi
Je suis seul dans ma barque et je rêve
Le temps m’échappe et j’en suis heureux
Je savoure ce doux instant où ma conscience
Me parle d’éternité et de l’essence des choses

Une brise légère me rappelle que tout est éphémère
La vie d’une truite qui avale mon ver et qui trépasse
Un ami qui disparaît sans laisser de traces
Une femme qui pleure l’homme qui l’a quittée
Le travail d’une vie entière qui n’est qu’un souvenir
Une chose m’est certaine et confirmée sur ce lac
Rien ne pourra tuer la conscience que la profondeur
Se trouve là où on ne s’attend pas de la trouver
Assis dans ma barque je souhaite que la truite
Prenne tout son temps pour mordre à l’hameçon.

© Photothèque de Jacques Rancourt

mardi, juin 22, 2010

Sourire floral



Dans un coin de ma cour
Ces fleurs me sourient
Elles veulent me parler
Me dire qu'elles sont bien
Tout simplement bien
Et en paix avec elles-mêmes

© Photothèque Jacques Rancourt

dimanche, juin 20, 2010

Regard provençal contemplatif no 12




Qui manquent pour prendre le large
Quitter sa zone de confort
Pour aller explorer la planète

© Photothèque Jacques Rancourt

samedi, juin 19, 2010

Regard provençal contemplatif no 11


En plaçant un volet près du toit
J'ai failli perdre la vie en tombant
Du haut de mon échelle moi le téméraire
Je me suis dis que je devrais marcher
Dans cette belle nature si invitante
Loin des bruits de la civilisation
Une marche tranquille tout en rêvant
que cette vigne donnera du bon vin

© Photothèque Jacques Rancourt
Saint-Côme en Provence

jeudi, juin 17, 2010

Regard provençal contemplatif no 10


Rocher qui pointe vers le ciel
Plantes qui essaient de vivre
Solide comme le roc
Fragile comme la plante

© Photothèque Jacques Rancourt
Les Baux-de-Provence

mercredi, juin 16, 2010

Regard provençal contemplatif no 9


Ces filles à la fenêtre
Qui attendent
Pas le prince charmant
Mais le dieu argent
Ces filles à la fenêtre
Sont des peintures
D'une autre époque

© Photothèque Jacques Rancourt / Toulon

mardi, juin 15, 2010

Regard provençal contemplatif no 8



Ce matin j'ai décidé de me reposer
Allez vaquer à vos occupations
Moi je vais rêvasser toute la journée
Loin des bruits de la ville

© Photothèque Jacques Rancourt

lundi, juin 14, 2010

Regard provençal contemplatif no 7



Ah fontaine merveilleuse
J'irai boire de ton eau délicieuse
Tu es radieuse
Dans le cour Mirabeau
À Aix-en-Provence

© Photothèque Jacques Rancourt

dimanche, juin 13, 2010

Regard provençal contemplatif no 6



Je passerais des heures et des heures
À contempler ce paysage méditerranéen
Du haut de cette falaise le regard se porte
Dans toutes les directions et questionne
L'être et la splendeur de la nature

© Photothèque Jacques Rancourt

samedi, juin 12, 2010

jeudi, juin 10, 2010

Regard provençal contemplatif no 3



Ah ce carlin qui me regarde
Dans une rue à quelque part
À Cassis

À quoi songe-t'il
Une demande de caresse
Ou voit-il une compagne
Au loin

© Photothèque Jacques Rancourt

mercredi, juin 09, 2010

Regard provençal contemplatif no 2



J'ai eu l'occasion d'admirer de magnifiques paysages en Provence et sur la Côte d'Azur.
J'ai donc décidé de partager quelques photos qui sont pour moi de véritables poèmes.

© Photothèque Jacques Rancourt

mardi, avril 27, 2010

Triste neige

Par Jacques Rancourt
Mes autres poèmes


Arrêt

C’est écrit à quelque part

Sur cette photo hivernale

Qui arrêtera cette neige

Arrêt

Qui dira au temps

Arrête de neiger

Laisse pousser les fleurs

Arrêt

Ce linceul est superflu

Une pause est nécessaire

Avant le mois de novembre

Arrêt

Que la neige cesse de neiger

Il neige dans mon cœur

De gros flocons tristes

Seul le soleil pourra

Fondre cette tristesse

vendredi, avril 23, 2010

Escapade mythique

Par Jacques Rancourt
Mes autres poèmes

Un long silence où rien ne vient
Un long entretien avec soi-même
Toujours cette quête du sens
Toujours ce même pénible silence
Amener mes pas à parcourir d’autres lieux
Humer l’air de cette Provence mythique
Écouter le son de voix peu familières
Jeter un regard neuf sur le monde
Probablement me dire à nouveau
Que la descente doit se faire dans le dedans de soi
Que les lieux extérieurs ont été façonnés par un autre soi
Qui a voulu défier l’impermanence de la permanence
Irais-je cacher mon moi dans un village-bories
Réfléchir dans l’amphithéâtre de Vaison-La-Romaine
Irais-je me perdre quelque part dans les Alpilles
Ou me terrer pour toujours dans le Château d'If
Et si j’avais une apparition à Moustiers-Sainte-Marie
Et si je me repentais devant les Pénitents des Mées
Et si j’arrêtais de m’énerver à Ménerbes
Je pourrais crier victoire en escaladant La Sainte-Victoire

dimanche, janvier 24, 2010

samedi, janvier 16, 2010

Haïti, la perle dévastée ou Ayiti, nan Pearl devaste

Par Jacques Rancourt
Mes autres poèmes





Devant un tel assaut funeste
Devant tant de souffrances
Devant l’agonie d’un pays
Que peut écrire le poète

Peut-on poétiser la souffrance humaine
Peut-on dramatiser encore davantage
Peut-on sortir des mots de circonstance
Quand ce poète vit dans son repère tranquille

Oser écrire quand on se meurt
Oser poétiser quand on a faim
Oser pérorer quand on cherche
Que ce poète se taise et se calme

Cette lueur d’espoir est dans la générosité
Ce bout du tunnel est dans la convergence
Ce peuple qui a trop souffert mérite mieux
Que la sympathie, la dramatisation, l’exposition
Il mérite enfin d’être secondé pour créer
Un espace où il pourra exprimer sa dignité

(En créole maintenant)
Ayiti, nan Pearl devaste

Fè fas ak sa yo touye yon atakAvèk anpil soufransAnvan mouri nan yon peyiKi powèt la ka ekri
Èske nou idealize moun soufwiÈske nou plis AdapterÈske nou kite mo yo nan sikonstansLè powèt vi yo nan lapè nan limit li
Dare ekri lè moun mouriDare idealize lè grangouDare kenbe eseye fè lèKi powèt an silans ak kalm
Briye espwa sa a nan jenerozitefen nan tinèl an dirèksyonnasyon sa yo te sibi pi merite touSa senpati, sèn, ekspozisyonFinalman, li merite pou sipòte kreyeYon plas kote li ka eksprime diyite li